Une initiative propulsée par

PME MTL Centre-Ouest

Nous joindre

elog@pmemtl.com

1350, rue Mazurette
Bureau 400
Montréal (QC) H4N 1H2

Optimiser sa chaine d’approvisionnement pour renforcer sa compétitivité

Optimiser sa chaine d’approvisionnement pour renforcer sa compétitivité

Actualité

Rendez-Vous Innovation Logistique

Pandémie, changements climatiques, enjeux géopolitiques, inflation et pénurie de main-d'œuvre, sont autant de facteurs qui ont causé des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement à l'échelle mondiale ces dernières années. Cela n’a pas été sans impact pour nombre d’entrepreneurs. Comment s’adapter dans ce contexte?

Voici quelques éléments de réponses qui ont été discuté lors du Rendez-Vous Innovation Logistique, organisé le 2 mai dernier par PME MTL avec son service eLog, Innovation Canada et Deloitte.

1. Automatisation des chaines d'approvisionnement

Innover pour s’adapter a été le mot d’ordre pendant la pandémie. Et de plus en plus d’entreprises ont sauté le pas vers l’automatisation de leur chaine d’approvisionnement, souvent poussées par le manque de main-d’œuvre. En parallèle, cela leur a permis de gagner en efficacité et en productivité en réduisant leurs coûts de main-d’œuvre, en augmentant la précision et la rapidité des processus, et en minimisant les erreurs humaines. 

Mais l’automatisation est aussi synonyme d’investissement. Pour Michel Girard, président de Drakkar Logistique, il faut donc penser à comment financer cette automatisation. Cependant, avec le prix croissant de l’immobilier industriel, la pénurie de la main-d’œuvre et la croissance économique, « la bonne nouvelle, c’est que c’est de plus en plus facile de la justifier économiquement. » 

Il voit d’ailleurs « la cohabitation humain-machine » comme faisant partie de l’avenir proche. « La clé de l’automatisation des chaînes d’approvisionnement, ce n’est pas d’avoir des machines qui travaillent toutes seules, mais bien de réussir à cohabiter avec elles. C’est d’avoir des humains et des robots qui travaillent côte à côte, par exemple, pour combler les manques et optimiser la productivité. » 

2. Utilisation de l'IA

L’automatisation est souvent combinée à l’utilisation d’autres technologies, telles que l’intelligence artificielle (IA). Julien Billot, président de Scale AI, voit d’ailleurs qu’« aujourd’hui, l’IA n’est plus réservée aux grandes multinationales. De plus en plus de PME, de fleurons québécois, se mettent à l’IA. Et c’est rassurant! » 

L’IA peut en effet être utilisée dans les chaînes d’approvisionnement pour optimiser les processus de planification et de gestion, par exemple pour prévoir la demande, optimiser les niveaux de stockage, planifier les itinéraires de transport et améliorer la visibilité de la chaîne d’approvisionnement. L’IA peut également détecter les anomalies et les risques potentiels dans la chaîne d’approvisionnement, ce qui permet aux entreprises de prendre des mesures préventives pour minimiser les perturbations. 

On parle de plus en plus des risques en lien avec l’utilisation de l’IA mais pour Julien Billot, « les technologies servant aux chaînes d’approvisionnement ne posent pas de problèmes quant à la vie privée ou au maintien de la démocratie. À mon sens, le plus grand risque pour les entreprises, c’est de ne pas se mettre à l’IA. » 

3. Relocalisation

La relocalisation fait de plus en plus partie de la solution, notamment pour être plus flexible face aux imprévus. Il faut donc réévaluer ses sources d’approvisionnement et privilégier les fournisseurs situés sur le même continent pour avoir une chaine logistique plus robuste. 

« Il faut oser regarder le Québec, regarder les avantages et ce qui se fait bien ici! On a de l’énergie verte, des secteurs technologiques, techniques et de sous-traitance très performants. Il faut miser là-dessus et se servir de la situation actuelle pour renforcer notre position dans la chaîne d’approvisionnement nord-américaine », explique Stéphane Drouin, vice-président, Achat québécois et développement économique, Investissement Québec. 

4. Planifier la résilience

Stéphane Drouin ajoute qu’ « un changement est amorcé dans la chaine d’approvisionnement. Nous ne sommes plus en période de crise mais dans une période de transition avec des enjeux qui sont technologiques, climatiques et géopolitiques. ll faut se servir de ce moment-là et le transformer en opportunité de développement économique. Nous n’avons pas d’autre choix que de changer nos façons de faire. »  

Pour lui, il est nécessaire de planifier sa résilience, dans le sens où il faut anticiper les risques à venir, avoir une longueur d’avance. « Nous avons la responsabilité de développer la résilience de nos chaines d’approvisionnement. » 

Être accompagné pour optimiser votre chaine d’approvisionnement? 

Pour profiter d’un service d’accompagnement pour vos opérations logistiques, prenez un rendez-vous avec un·e de nos expert.es dès maintenant. Le programme eLog sert de pivot aux commerçants qui sont à la recherche de prestataires de services logistiques fiables et qualifiés.   

Ne manquez rien
de notre actualité

Inscrivez-vous
à l'infolettre d'eLog